Fonctionnement des ICO : avantages et risques

Une ICO, ou Initial Coin Offering” (Offre initiale de jetons), est une méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des crypto-monnaies durant la phase de démarrage d’un projet.

Ces actifs, “tokens” ou “coins” (jetons numériques), sont émis et échangés grâce à la technologie blockchain.

Pour comprendre le fonctionnement des ICO, il est important de saisir l’objectif qu’elle sert : financer un projet basé sur la blockchain.
Comment ? En achetant des Tokens du projet avant sa mise en vente sur le marché.

La différence majeure avec les IPO (Initial Public Offering) est que l’investissement ne permet pas de détenir un pourcentage du capital de la société financée.

Exemple d’une IPO : J’achète des actions Carrefour, je possède donc 0.5% du capital de Carrefour.

Exemple d’une ICO : J’achète des jetons BeeToken ( sorte de AirBnb sur la blockchain ) afin d’utiliser leur service de réservation de chambre qui se paye uniquement en jetons Beetoken.

A quoi sert une ICO pour un investisseur ?

Une fois l’ICO réalisée, l’utilisation des tokens est double :

  • Il est possible de les acheter et de les revendres sur les plateformes d’échanges, au prix du marché.
  • Il est possible de les utiliser pour bénéficier du service proposé par l’entreprise qui nous les a vendu. Dans ce cas de figure, le fonctionnement des ICO peut se comparer à une opération de crowd funding, durant laquelle on paye pour acheter un produit à un prix inférieur à celui qu’il aura lorsqu’il sortira sur le marché, mais qui permet à l’entreprise de se financer.
Pourquoi les ICO font-elles parler d’elles dans les médias et dans la crypto-sphère ?

Les ICO font beaucoup de bruit pour deux raisons principales :

  • Elles peuvent être extrêmement rentables. C’est intrinsèque au fonctionnement des ICO : puisqu’on achète les tokens à bas prix en pré-vente, si la demande est forte une fois sur le marcher, les prix peuvent varier de x2 à x100 pour les plus lucratives.
  • Elles sont une aubaine pour les arnaqueurs qui parviennent à attirer des investisseurs puis à filer avec une cagnotte de plusieurs millions d’euros. Forcément, ces scams (arnaques en français), font jaser la presse, et affolent les politiques qui veulent (soit-disant) protéger les particuliers.
Risque d'arnaque avec les ICO

Il faut donc être très prudent. D’autant plus les sommes levées sont astronomiques (record de 232 millions de dollars levés par Tezos en juillet 2017 ou encore 35 millions de dollars par Brave en mai 2017, le tout en seulement 30 secondes !)

Comme le dit William Mougayar, investisseur et auteur de l’ouvrage The business Blockchain :

“Certaines startups réalisant des ICOs semblent surtout intéressées par l’idée de battre un nouveau record »

Avantages des ICO

Tout d’abord, le fonctionnement des ICO permet à tout internaute disposant de crypto-monnaies d’investir dans des projets qu’il juge prometteurs. L’internaute a présent investisseur peut alors espérer un retour sur investissement important si son choix a été judicieux (et que le marché est prospère).

Pour Balaji Srinivasan, associé du fond d’investissement Andreessen Horowitz

« les ICO feront tomber la barrière entre investisseurs professionnels et acheteurs de tokens de la même façon qu’Internet a fait tomber la barrière entre journalistes professionnels d’une part, et blogueurs et utilisateurs de Twitter d’autre part ».

Ensuite, pour les entrepreneurs, la nature du fonctionnement des ICO permet de lever de l’argent en s’affranchissant de certaines contraintes des levées de fonds classiques. Notamment, cela évite de diluer le capital de l’entreprise.

Enfin, les ICO ouvrent la voie à de nouveaux modèles d’affaires. Une fois l’ICO terminée, les détenteurs de tokens ont en effet intérêt à ce que le projet devienne par la suite un succès, afin de pouvoir à terme utiliser leurs tokens ou bien espérer en tirer une valeur financière supérieure à leur valeur d’achat. Il existe donc une incitation financière à rejoindre le plus tôt possible le réseau.

Finalement, le fonctionnement des ICO, ou du moins leur fonctionnement actuel, offre une certaine liberté aux entreprises tout en permettant à monsieur tout le monde de devenir un business angel.

Mise à jour : lire, à ce sujet, l’article du 04/09/2018 L’UE croit au futur des crypto-monnaies… et des ICOs !

Les risques liés aux ICO

Pour ses tendances spéculatives jugées parfois irrationnelles, pour le relatif vide juridique dans lequel il évolue, et pour le manque de transparence de certaines opérations le fonctionnement des ICO est régulièrement pointé du doigt.

Ainsi, les investisseurs n’ont aucune garantie en échange de l’achat des jetons lors de l’ICO. Ce type d’opérations n’étant, le plus souvent, pas encore régulé, il n’existe aucun filtre réglementaire pour effectuer une vente de jetons numériques, ce qui alimente les risques d’arnaques.

Le développement des arnaques en ICO a conduit plusieurs pays, dont la Chine et la Corée du Sud, à annoncer l’interdiction provisoire de cette méthode de financement sur leur territoire. Aux États-Unis, la Securities and Exchange Commission (SEC) a qualifié en juillet 2017 les jetons du projet « TheDAO » de titres financiers, jugeant qu’ils accordaient un droit de vote associé à une récolte de profits ; cette décision constitue un avertissement pour les projets émettant des jetons de nature similaire. En France, l’Autorité des Marchés Financiers a initié une réflexion et appelle à la prudence.

En conclusion, investir dans une ICO c’est un peu jouer avec le feu. “High Risk, high Reward” (gros risque, grosse récompense) comme disent nos amis anglo-saxons.

Notre recommandation est donc la suivante : n’investissez pas sans connaître un projet, ne faites pas aveuglément confiance à un ami ou à un Youtubeur, renseignez-vous, faites vos recherches pour éviter, à minima, les arnaques, et au mieux, les projets peu prometteurs.

Comment se déroule une ICO ?

Il y a différentes étapes dans le déroulement d’une ICO :

  1. Inscription à la whitelist (une forme de candidature pour avoir le droit de participer à l’ICO)
  2. KYC (Know your Customer) : identification auprès de la société qui réalise l’ICO
  3. Si sélectionné pour participer à l’ICO, le jour J vous pourrez investir le montant souhaité. Pour cela on utilise généralement l’Ethereum, le NEO ou éventuellement le Bitcoin.
  4. Après quelques jours, semaines ou mois, vous recevez vos tokens sur le wallet que vous avez renseigné lors du KYC.
  5. Enfin, quelques temps plus tard (ça peut se compter en jours ou en mois) le tokens devient échangeable, vous pouvez donc le vendre ou le garder.

A présent, vous connaissez le fonctionnement des ICO, mais vous l’aurez compris : soyez prudent !

Catégories : Coins & ICOs

5 commentaires

JBG · 6 mars 2018 à 17 h 31 min

Bonjour,
Merci pour la qualité de votre article. Qu’appelez vous une ICO “prometteuse”? et comment la trouver sans tomber dans un chausse-trappe? merci

    Mathéo B. · 8 mars 2018 à 10 h 11 min

    Bonjour JB !

    Excellente question. Une ICO prometteuse, c’est une ICO dont le projet semble réaliste, surtout mené par une équipe solide avec de l’expérience. Comme dans l’entrepreneuriat classique, ce qui fait la réussite d’un projet, ce n’est pas vraiment l’idée mais surtout l’équipe.
    Pour ne pas tomber dans un chausse-trappe, il faut simplement faire des recherches approfondies pour s’assurer que l’équipe existe bien et travaille bien sur ce projet. Aussi je te recommande cette vidéo à ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=vodwJZP51s4

    Bien à toi !

#News - France : Pas de réforme de fiscalité avant 2019 pour le Bitcoin - Cryptomani · 29 mars 2018 à 19 h 27 min

[…] Bruno Le Maire en a surpris plus d’un, le 19 mars, en déclarant qu’il entendait faire de la France une terre d’accueil pour les start-up désireuses de lever des fonds en cryptomonnaies (ICO). […]

#News - John McAfee charge 105 000$ par tweet pour promouvoir une ICO - Cryptomani · 4 avril 2018 à 19 h 17 min

[…] promotion d’un project via Twitter.Son équipe est une agence marketing faisant la promotion des ICOs et autres projets dans la sphère […]

#News - Le site d'emploi de Startup AngelList annonce deux fois plus de jobs cryptos depuis Janvier - Cryptomani · 21 avril 2018 à 15 h 49 min

[…] NewsLetter mentionne aussi que les ICOs étaient très populaires en Mars, et que les fonds d’investissement sur les crypto-monnaies sont de plus en plus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *