Ceci n’est pas un conseil d’investissement, nous détaillons juste la nature d’un projet d’ICO, Quarkchain, en exprimant notre avis sur sa capacité à perdurer dans le temps en tant qu’entreprise.

QuarkChain : Sécurité, Adaptabilité et Décentralisation


Si beaucoup de personnes entendent parler des crypto-monnaies principales fréquemment (Bitcoin, Ethereum…), seuls certains, plus initiés, s’intéressent aux nouvelles crypto-monnaies qui voient le jour, et au projet qu’elles portent.

Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur QuarkChain. Une nouvelle blockchain qui vise à résoudre un problème majeur pour les blockchains existantes : la capacité à gérer un très large montant de données, et donc de transactions.

QuarkChain, qu’est ce que c’est ?

Aujourd’hui Bitcoin ou Ethereum sont des blockchains qui gèrent des transactions de manière quotidienne. Mais le nombre de transactions gérées par le réseau chaque jour ne représente rien par rapport au nombre de transactions gérées par les cartes bancaires VISA ou MasterCard par exemple.

QuarkChain part du principe qu’aucune des technologies existantes est en mesure de gérer un nombre de transactions par seconde suffisant pour pouvoir assumer les volumes de transactions potentiels à venir. C’est d’ailleurs pourquoi on a vu dans le courant de l’année 2017 le réseau Bitcoin ou Ethereum ralenti, voire bouché, du fait de trop nombreuses transactions effectuées.

C’est donc ce problème là que QuarkChain souhaite résoudre.

Le projet de QuarkChain un peu plus en détail

Comment pensent-ils pouvoir résoudre le problème de lenteur des blockchains actuelles ?

Une blockchain à deux niveaux :

Dans le monde des bases de données, une problématique revient souvent : comment gérer des bases de données de plus en plus conséquentes ? Imaginez toute la donnée que possède Amazon, un simple serveur ne leur permet pas de stocker toute cette information et d’y accéder rapidement.
Pour résoudre ce souci, une technique existe, le Sharding (éclatement en anglais). Pour comprendre comment ça fonctionne, cette article explique parfaitement la chose : Qu’est ce que le Sharding ?

Le Sharding permet donc de gérer efficacement des bases de données bien plus fournies.

Comme expliqué dans leur whitepaper, le sharding est le premier niveau dans la blockChain QuarkChain : ils utilisent cette méthode pour permettre un débit d’information beaucoup plus important sans perte de vitesse de la part du réseau.

Ensuite le second niveau, “Root blockchain” ou blockchain racine, permet de valider et confirmer les blocs du premier niveau. C’est d’ailleurs le Proof of Work qui sera utilisé, comme pour Bitcoin et Ethereum.

Cependant, les mineurs (rémunérés avec le token de QuarkChain QKC) pourront également s’agréger en groupe nommés “Cluster” qui fonctionneront comme des super-mineurs, sauf qu’ils n’auront pas besoin d’ordinateurs surpuissants pour atteindre la puissance de calcul nécessaire. C’est le nombre de mineurs agrégés qui génèrera cette puissance de calcul. Par ce biais, les mineurs plus modestes peuvent avoir un avantage compétitif.

Pour les néophytes qui ont l’impression de lire du chinois, je vous propose de comprendre le fonctionnement de la blockchain grâce à notre dossier série : Comprendre (pour de vrai) la blockchain. Ainsi, les explications des coins et ICOs vous paraîtront beaucoup plus limpide !

       

Sécurité, adaptabilité, décentralisation

Sur ce schéma tiré du whitepaper de QuarkChain, on voit bien qu’ils présentent 3 aspects qui pour l’instant n’ont jamais été conciliés selon eux : la sécurité, l’adaptabilité (la capacité à gérer de plus en plus de transactions) et la décentralisation.

Les solutions existantes n’offrent généralement que deux de ces 3 avantages. L’objectif est donc d’offrir tous les avantages. Bref, le beurre, l’argent du beurre, la crémière, tout ça tout ça.

Pourquoi QuarkChain est un projet intéressant ?

Plusieurs éléments font de ce projet une ICO prometteuse.

1) Une version test a déjà été déployée et peut aujourd’hui réaliser 2000 transactions par seconde, soit plus que la plupart des blockchains 3.0 actuelles. Lors de la version finale, il n’y a presque aucun doute à ce que QuarkChain parvienne à gérer encore plus de transactions par seconde.

2) La Scalability ou adaptabilité (la capacité à gérer un grand nombre de transactions) est un sujet clé pour 2018. Une entreprise qui parviendra à résoudre le problème aura de grande chance de voir ses efforts récompensés de succès.

3) Les Dapps (applications décentralisées) créées sur la plateforme Ethereum seront facilement déployables sur la plateforme QuarkChain. Pourquoi ? Car QuarkChain supporte les smart contracts via Ethereum Virtual Machine, solution via laquelle la plupart des Dapps fonctionnent aujourd’hui.

4) L’équipe fait preuve d’une solide expérience, et aurait à priori toutes les compétences nécessaires pour mener ce projet à bien. D’anciens ingénieurs Facebook, Google, Instagram, en passant par des professeurs et des chercheurs de l’institut technologique de Géorgie, sont les profils qui composent l’équipe de Quarkchain.

    

Encore une fois, ceci n’est pas un conseil d’investissement mais simplement une analyse d’une ICO selon nos opinions personnelles. Ne prenez pas cela pour argent comptant, faites vos propres recherches si vous souhaitez investir dans ce projet !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *