Un nouveau document de Satoshi Nakamoto ?

Fin juin, un texte a été publié sur un site internet, créé de manière anonyme. 21 pages composent ce document, signé Satoshi Nakamoto, où il est décrit  l’origine du Bitcoin. Visiblement, ce prétendu document de Satoshi Nakamoto n’est que la première partie d’un récit en deux volumes, qui devrait répondre à de nombreuses questions sur la genèse de cette technologie qui nous fascine tant…

Satoshi Nakamoto, vraiment ?

Seul hic dans l’histoire : ce texte échoue totalement à prouver qu’il s’agit bel et bien du célèbre inventeur du Bitcoin. Pour rappel, personne ne sait qui est Satoshi Nakamoto, et une des théories les plus courantes est de penser que le pseudonyme regroupe en fait plusieurs personnes ayant travaillées ensemble pour mettre au point le Bitcoin.

Tous les faits présentés dans le texte sont des faits déjà connus, rien de nouveau sous les tropiques. Ou alors, les éléments apportés sont invérifiables. Bref, dans tous les cas, impossible de dire s’il s’agit bien  d’un document de Satoshi Nakamoto ou non, malgré un style d’écriture comparable aux précédents texte publiés par la (ou les) personne cachée derrière le fameux pseudonyme.

Le scepticisme règne donc, d’autant plus que plusieurs personnes ont tenté par le passé de s’attribuer le travail de Satoshi Nakamoto, sans jamais pouvoir prouver leurs dires.

La preuve incontestable existe-t-elle ?

En théorie oui ! Satoshi Nakamoto, en tant que créateur du Bitcoin, détient les clés cryptographiques des premiers Bitcoins créés. Par conséquent, pour prouver son identité, il suffirait d’annoncer en avance le transfert d’un de ces bitcoins, et de le réaliser par la suite. Comme toutes les transactions sont publiques, tout le monde pourrait vérifier qu’en effet, il s’agit bien là du créateur du Bitcoin.

Seulement, une théorie (parmi bien d’autres) concernant Satoshi Nakamoto veut qu’il ait détruit toutes les clés cryptographiques qu’il détenait, s’asseyant ainsi sur plusieurs milliards de dollars, étant donné le prix actuel du Bitcoin et la quantité qu’il possèderait. Dans ce cas, prouver que quelqu’un est l’inventeur de cette technologie devient plus complexe… voire mission impossible !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *